Teigne la mygale

Teigne était une grosse mygale poilue, hideuse, horrible. C’était simple, tout le monde sans exception en avait peur.
Il suffisait qu’elle pointe son nez quelque part, pour qu’aussitôt, branle-bas de combat, tout le monde s’enfuit.
Teigne avait essayé plusieurs tactiques pour approcher les gens, mais à chaque fois, cela avait échoué : l’approche tranquille lui avait valu des fuites éperdues dès qu’on l’avait aperçue… L’effet surprise, à savoir surgir soudainement accroché à son fil, juste à côté de la face du visiteur, avait quant à lui, était terrible : des cheveux hérissés, des hurlements, des trépignassions… A ne pas recommencer, assurément !
Et pourtant, Teigne était une gentille araignée. Elle ne voulait de mal à personne. Au contraire, elle rêvait d’avoir des amis, des vrais, avec qui elle aurait pu partager ses joies, ses peines et ses rires.
Mais voilà, son aspect rebutait tellement, qu’on en restait aux apparences, et qu’on ne cherchait pas à découvrir le petit être doux et sensible qui se cachait derrière son image.
Teigne errait donc, seule et triste dans la forêt, quand elle entendit un bruit de foule. Qu’est-ce donc ?
Elle s’avança discrètement, et découvrit un attroupement autour de quelque chose qu’elle n’arrivait pas à discerner. Elle grimpa sur un arbre surplombant la scène, toujours sans se montrer.
C’était un clown papillon en train de faire son spectacle. Comme il était aimable ! Comme ses couleurs étaient belles ! Et son sourire si radieux ! Un plaisir à regarder…
D’ailleurs, il n’y avait qu’à voir la foule autour de lui, captivée, admirative, intéressée… Ce n’était pas à Teigne que cela arriverait, un tel succès !
Le papillon termina son spectacle, salua le public puis s’en alla, poursuivant sa route.
Il n’était pas parti depuis deux heures que, dans la forêt, des réactions se firent entendre :
-« Ca alors ! » dit la pie Glücke, « je ne retrouve plus mes colliers brillants et ma bague dorée ! Où peuvent-ils bien être ? »
Tandis que dans la famille Lapin :
-« Mes tasses précieuses de mon arrière grand-mère, elles ont disparu ! » se désola maman Lapin.
-« Au voleur ! On a volé ma collection de plumes rares de cacatoès ! » hurla, affolé, Maître Hibou.
Stupéfaction dans la forêt ! Autant de méfaits en si peu de temps ! C’était curieux !
-« J’ai compris ! » cria un corbeau éclairé, « c’est le clown papillon qui nous a volé ! Pendant qu’il faisait son spectacle, ses complices dévalisaient nos abris… »
-« Bouh ouh ouh… » pleurnicha la pie Glücke, « je ne reverrai jamais mes chers bijoux… »
Alors Teigne, qui avait suivi du haut de son arbre tous les évènements, décida de passer à l’action. Elle allait le retrouver ce clown papillon voleur, et elle allait lui faire rendre ces objets volés !
Elle quitta le bois, en se cachant pour éviter une frayeur supplémentaire aux habitants qui n’avaient pas besoin de ça, et partit à la recherche de ce vilain larron.
Son habitude du camouflage et de voir sans qu’on la voit, la desservit. Elle repéra dans une grotte un mouvement imperceptible, mais suffisant pour l’inciter à aller regarder de plus près.
Elle ne s’était pas trompée : le clown papillon et ses deux lascars étaient là, en train de compter leurs trésors.
Pour une fois, elle joua à découvert. Elle se montra dans toute sa splendeur de mygale. Elle en rajouta même en faisant des grimaces, en postillonnant et en tirant la langue.
L’effet fut terrible ! Le clown papillon et ses comparses, horrifiés, hurlèrent de terreur et prirent leurs jambes à leur cou. Bon débarras !
-« Et surtout, ne revenez pas ! » gronda Teigne, d’une voix caverneuse, ou je vous découpe en menus morceaux avant de vous dévorer tout crus… »
Cette perspective n’alléchait pas du tout nos vilains voleurs qui préférèrent abandonner leurs butins, plutôt que de servir de nourriture à cette horrible araignée !
Teigne put donc tranquillement revenir vers le bois, et informer les habitants de la bonne nouvelle des retrouvailles de leurs précieux objets.
Pour ce faire, elle se cacha dans un trou et parla :
-« Chers habitants des bois, je sais que vous avez été cambriolés. Figurez-vous que j’ai retrouvé votre voleur et sa cachette. »
-« Hein ? Qui parle ? Je ne vois personne… » demanda la pie Glücke.
-« Peu importe qui je suis… Il y a quelque part une grotte avec tous vos trésors à l’intérieur. Je peux vous y conduire. » continua Teigne.
-« Mais les voleurs ne vont pas nous attendre ! Ils sont sans doute en train de tout déménager… » dit maman Lapin.
-« Non, ils sont partis, sans leur butin. »
-« Ah bon ? Et pourquoi donc ? » questionna le corbeau.
-« Parce qu’ils m’ont vu ! »
Et sur ces mots, Teigne sortit de sa cachette où elle fut accueillie par des cris d’horreur et un mouvement de recul.
-« N’ayez pas peur ! Je ne vous veux pas de mal. D’ailleurs, vous n’avez qu’à me suivre à distance, loin derrière. Je vous conduirais simplement. »
On assista alors à un drôle de cortège, avec une mygale en tête, et loin derrière un peloton d’animaux de la forêt.
Quand la grotte fut en vue, Teigne s’effaça :
-« C’est là-bas » dit-elle.
Tous se précipitèrent, sauf Maître Hibou, qui s’arrêta devant Teigne et lui dit :
-« Au nom de toutes les victimes de ce cambriolage, je te remercie. Grâce à toi, nous avons récupéré des choses qui nous étaient chères. Viens nous voir, tu seras toujours la bienvenue ! »
Et ce fut ainsi que Teigne compta ses premiers amis, qui savaient désormais que la mine d’un individu n’avait rien à voir avec sa valeur

.

10 Commentaires (+ vous participez ?)

  1. giselefayet
    Avr 15, 2012 @ 15:26:24

    De l’apparence il faut se méfier , une bien belle façon de le démontrer .
    Voilà Marie Sourire j’ai répondu à ton tag
    Bonne journée
    Bisous

    J'aime

    Réponse

  2. telavivcat
    Avr 15, 2012 @ 16:14:42

    j’aime, j’aime, j’aime.

    J'aime

    Réponse

  3. PetitDiable
    Avr 15, 2012 @ 18:02:18

    Moi j’ai une bonne idée pour Teigne, pourquoi elle ne cherche pas à faire ami-ami avec d’autres araignées, des blattes, des moustiques, toutes les autres bêtes qu’on aime quoi…? ;P

    J'aime

    Réponse

    • mariessourire
      Avr 15, 2012 @ 18:27:27

      ben vi, qu’ils fassent tous ensemble une ligue… mmm…
      beeeerk ! rien qu’à l’idée…
      mais bon, Teigne, elle est gentille, elle, non ?
      ptet qu’il faut pas tous les mettre dans le même sac ?

      J'aime

      Réponse

  4. colettedc
    Avr 15, 2012 @ 19:23:36

    Et bien oui en effet … l’apparence est vraiment trompeuse hein !

    J'aime

    Réponse

  5. gwen la butineuse
    Avr 16, 2012 @ 09:44:47

    On a tous en nous un petit côté teigne qui a peur du rejet et parfois mais j’espère beaucoup plus rarement nous pouvons aussi être du côté de ceux qui se contentent des apparences.
    Alors j’aime, j’aime, j’aime aussi.
    Bises Sourire.

    J'aime

    Réponse

Votre avis m'intéresse :

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Follow Mariessourire essence d'émotions on WordPress.com

Des mots... des photos... mes envies... au jour le jour, voilà ce que vous trouverez dans mon espace, sans compter l'ouverture de la bibliothèque de mariessourire que vous trouverez ici : http://mariessourire3.wordpress.com/
Bonne visite !

Entrez votre adresse e-mail pour vous inscrire à ce blog et recevoir les notifications des nouveaux articles par courriel.

Rejoignez 236 autres abonnés

%d blogueurs aiment cette page :