La Fête des lumières, la véritable origine

Les Lyonnais ont pris l’habitude, depuis le premier Vœu des Echevins, de demander l’intercession de la Vierge, pour une maladie, le retour d’un soldat, un enfant…
Ils se rendent fréquemment au sommet de la colline de Fourvière dans une petite église qui domine la ville – celle qui encore aujourd’hui est là, blottie contre la basilique.

Les années passent et les pèlerins sont toujours plus nombreux. La vieille église doit être restaurée. A partir de 1848 on se pose la question de refaire le vieux clocher. En 1852 la restauration du clocher est terminée et l’on va placer sur celui-ci une magnifique statue de Marie en bronze dorée.

Bien entendu la date choisie est celle du 8 septembre 1852, celle de la Nativité de Marie. Malheureusement le ciel n’est pas d’accord, quelques jours avant, les nuages grondent, la ville se retrouve sous des torrents d’eau et la Saône déborde.

Une nouvelle date est choisie : le 8 décembre, elle aussi fête de la Vierge, c’est la fête de Notre Dame des Advents qui deviendra deux ans plus tard, en 1854, par une Bulle Ineffabilis Deus, du pape Pie IX, la fête de l’Immaculée Conception.

Mais ce jour là, des orages terribles éclatent et de nouveau la Saône menace. Les notables décident de repousser une seconde fois la cérémonie – mais miracle, en fin de journée les nuages poussés certainement par un doigt divin vont mouiller d’autres terres et le ciel se fait clément.

Les Lyonnais, installent alors à la nuit tombée sur leur fenêtre, lumignons, bougies, bougeoirs qui vont illuminer la ville d’une douce lumière. Les bougies brûleront jusqu’au petit matin.

"Tout à coup apparaissent à quelques fenêtres inconnues des lignes de feu… La ville s’était embrasée en un instant. Bientôt, il ne restait plus, sur la vaste étendue des quais, des rues, des passages ignorés et des cours invisibles, aucune fenêtre obscure. Les petits marchands, les clochers, illuminaient leurs baraques, leurs voitures et jusqu’aux bordures des trottoirs… Quelques feux de Bengale s’allumèrent sur les toits de la chapelle de Fourvière, la statue de la Vierge apparaît et la grosse cloche de Saint Jean, cet éloquent interprète des joies publiques, est lancée à toute volée. A huit heures, la population entière était dans la rue, circulant, paisible, joyeuse et attendrie. On se serrait la main sans se connaître, on chantait des cantiques, on applaudissait, on criait : "Vive Marie ! " Les étrangers n’en revenaient pas de leur surprise, et les Lyonnais, tout remplis qu’ils étaient de cette fête improvisée, se demandaient comment, en un instant, une population de trois cent mille âmes avait pu être saisie de la même pensée".

Et traversant le temps, ce qui était un geste de Foi s’est dilué dans le patrimoine laïque lyonnais et le fait de mettre quelques bougies à la fenêtre le 8 décembre, se perpétuera dans toutes les familles – toutes religions confondues. Comme pour écarter un ancien malheur, comme le remerciement d’une ville d’être encore vivante, comme un geste de joie.

Rien n’oblige les lyonnais à mettre ces petites bougies et pourtant j’en connais, qui loin de Lugdunum, à Paris, à Rome, à Hong Kong ou à New York, le 8 décembre prochain mettront dans un verre à moutarde ou un verre de cristal un morceau de bougie et le déposeront sur le rebord de leurs fenêtres, en pensant « je suis de Lyon, moi aussi ».

Et moi aussi, je vais mettre des lumignons sur le rebord de ma fenêtre, parce que j’ai habité à Lyon deux ans quand j’étais petite, et qu’il m’est resté cette image. Un souvenir, un héritage… à transmettre moi aussi.

Les origines de la fête des lumières sont d’ici.

6 Commentaires (+ vous participez ?)

  1. Mamieencavale
    Déc 08, 2014 @ 18:55:58

    Sympathique comme coutume.

    J'aime

    Réponse

    • mariessourire
      Déc 09, 2014 @ 06:50:39

      et oui, la ville de Lyon en a fait un « festival » de lumières, mais à l’origine, ce sont des lumignons que l’on met sur le rebord de sa fenêtre, et toute la ville devient magnifique !
      belle belle journée !
      mille bisous
      sourire

      Aimé par 1 personne

      Réponse

  2. colettedc
    Déc 08, 2014 @ 19:19:54

    Un bon souvenir conservé par toi Marie-Christine ! Bonne fin de ce jour à toi !
    Mille et un bisous♥ …

    J'aime

    Réponse

  3. giselefayet
    Déc 09, 2014 @ 12:38:56

    Merci pour la révélation de cette origine.
    Bisous

    J'aime

    Réponse

    • mariessourire
      Déc 10, 2014 @ 06:51:14

      c’est celle-la que je connaissais, donc pour moi, c’est la bonne…
      et pour moi, au milieu de ce festival de lumière qui est certainement très beau, c’était important de raconter ce qui s’était passé au tout début, histoire de savoir…

      belle belle journée !
      mille bisous
      sourire

      J'aime

      Réponse

Répondre à colettedc Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Follow Mariessourire essence d'émotions on WordPress.com

Des mots... des photos... mes envies... au jour le jour, voilà ce que vous trouverez dans mon espace, sans compter l'ouverture de la bibliothèque de mariessourire que vous trouverez ici : http://mariessourire3.wordpress.com/
Bonne visite !

Entrez votre adresse e-mail pour vous inscrire à ce blog et recevoir les notifications des nouveaux articles par courriel.

Rejoignez 236 autres abonnés

<span>%d</span> blogueurs aiment cette page :